rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.martherobin.re/data/fr-articles.xml

À tous ceux  et celles qui sont au service de notre établissement scolaire

                                                                                                          Tampon, 15 août 15

Mes amis,

Bonne fête de l’Assomption et bonne rentrée scolaire.

Les institutions humaines sont comme les personnes. Elles ont une histoire. Elles sont façonnées par cette histoire, avec des moments de naissance et de croissance, et aussi des moments de crises et d’épreuves. C’est pourquoi les « rentrées » nous mettent devant une double responsabilité : nous sommes appelés à faire mémoire du chemin parcouru, avec joie, avec reconnaissance, et nous sommes appelés aussi à affronter l’avenir, à faire face à des responsabilités nouvelles. Et quand il s’agit d’une institution catholique, liée à la tradition des Foyers de Charité et à l’Église catholique, comme l’ensemble scolaire MARTHE ROBIN, fondé par le père Michel ROCHEFEUILLE qui a entendu l’appel de Marthe de construire une école, il est clair que cette responsabilité est commandée par la vérité de l’Évangile et par l’état de la société.

C’est tout l’enjeu de la collaboration du Foyer de Charité et l’ensemble scolaire: oui, nous reconnaissons le courage qu’il a fallu à Michel Rochefeuille pour fonder l’école Marthe Robin. Mais nous reconnaissons aussi le courage qu’il faut aujourd’hui pour manifester l’identité de cet établissement d’enseignement catholique à l’intérieur de notre société laïque, et aussi en panne d’espérance et en quête de repères. Et nous le reconnaissons avec réalisme, parce que nous savons tous, nous, en particulier les parents et les enseignants, que les jeunes qui fréquentent un établissement d’enseignement catholique sont pour la plupart pareils à tous les jeunes, et que, comme dans l’enseignement public, ils nous révèlent les fragilités de notre société : un état d’incertitude assez profond, avec des brisures familiales et des précarités sociales, et donc le besoin d’être accueillis, reconnus, éduqués à partir de ce qu’ils sont et à partir de ce que l’Évangile du Christ nous propose.

Où sont les vraies valeurs de la vie, celles qui tiennent face à tous les chocs de l’histoire ? De quoi avons-nous besoin pour vivre en disciple du Christ ? Le dialogue avec un jeune homme riche répond. La loi est nécessaire, la sainte Torah, la loi de Dieu avec ce qu’elle a d’essentiel, quand elle exige de tout être humain le refus de la violence et le respect inconditionnel des autres, à commencer par les parents. Et de la loi on ne peut pas séparer la sagesse, les valeurs de l’esprit, de la connaissance, de l’intelligence et cette insistance-là a d’autant plus d’importance que nous vivons dans une société dominée par le culte des résultats quantitatifs, de la performance parfois à tout prix !

Nous ne pouvons pas nous y résigner. Nous ne pouvons pas accepter que l’éducation ne soit qu’une valeur marchande, qui mettrait des établissements différents en état de concurrence permanente. Car nous croyons qu’il y a dans l’éducation, dans le travail des éducateurs, une autre exigence, ou une autre perception des réalités : un être humain, et d’abord un jeune, surtout s’il a du mal à aimer la vie, vaut plus que tout l’or du monde.

L’établissement Marthe ROBIN, contre vents et marées, fait et fera valoir, de toutes les manières, cette conviction-là, cette valeur-là : on cherche et on cherchera à traiter les jeunes non pas comme des objets de savoir, mais comme des enfants de Dieu dont on voudrait éveiller la liberté, la conscience et aussi la foi chrétienne.

Merci à ceux et celles qui, à leur place et selon leurs responsabilités, donnent ce signe et croient à ce signe ! Alors nous touchons au coeur du mystère de la foi, qui, à certaines heures, se révèle sur la place publique, comme un vivant appel à apprivoiser la vie avec ses limites si réelles et à respecter la dignité des personnes.

On ne peut pas s’engager dans l’établissement sans consentir nous-mêmes à ce travail incessant d’accueil, de dialogue, d’attention aux autres, de foi et de charité.

Je vous souhaite une bonne rentrée et espère qu’ensemble nous ferons de notre établissement le lieu où il fait bon vivre et partager.

Avec mes remerciements et amitiés,

Père Henri Canden

Aumônier


Date de création : 19/08/2015 21:35
Dernière modification : 19/08/2015 21:35
Catégorie : La Pastorale -
Page lue 7405 fois

Vous êtes ici :   Accueil > Lettre de rentrée du Père Canden